Mes dessins et mes constructions sont le fruit d’une interrogation sur le rapport que nous entretenons avec les vestiges de la ville et de la campagne, la responsabilité que nous avons dans le développement chaotique des périphéries, ou encore le rôle de chacun d’entre nous dans le projet de construction d'une simple maison.

 

Lorsqu’après un premier séjour à Rome je décidais de devenir architecte, mon souhait était de préserver les éléments en place, de les réparer, de les accompagner et peut-être de les prolonger ; d’une certaine manière, je cherche à élever des constructions qui seraient en amitié avec les édifices existants, ces édifices qui assurèrent en leur temps une cohérence avec une certaine idée esthétique du paysage.

 

Même s’il m’arrive de créer des décors complexes, la simplicité de mes dessins d’inspiration classique m’a permis de valoriser l’artisanat le plus élémentaire. De la sorte, je privilégie toujours la qualité constructive au dépend de l’ornement devenu parfois trop difficile à réaliser. Les constats pragmatiques de Giorgio Grassi (Giorgio GRASSI, L’architecture comme métier et autres écrits, Mardaga éditeur, Liège, 1979) m’ont largement influencé dans cette idée. La rédaction du Classicisme Ordinaire en 2004 où le classicisme était perçu comme une version raisonnée de l’architecture traditionnelle suit cette perspective.

 

La nostalgie d’une certaine idée du paysage m’a conduit à élever des édifices solides avec des matériaux nobles lorsque cela était possible. Tout ingrédient doit pouvoir retourner spontanément à la nature, à la manière des anciennes maisons abandonnées et des palais effondrés dont le témoignage évoque l’idée du perpétuel renouvellement des civilisations.

ATELIER D'ARCHITECTURE NICOLAS DURU

7 BOULEVARD DE STRASBOURG

34 000 MONTPELLIER

nicolasduruarchitecte@gmail.com

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon
  • White Instagram Icon

04 67 60 69 21           06 07 90 03 94